RETOUR, À la rencontre de l’Afrique contemporaine

Une exposition proposée par les associations nantaises « Les Anneaux de la Mémoire » et « La Maison de l’Afrique à Nantes » 

Commissaires d’exposition : Melanie Vietmeier et Sylvain Djache Nzefa

Affiche de l’exposition ©L’Atelier Ville de Nantes

L’exposition « RETOUR » ouvre ses portes au public aujourd’hui ! RETOUR recouvre une dimension symbolique et se lit à travers le prisme : Mémoire, Restitution, Reconnexion. Dans une large variété d’expressions et d’esthétiques, et dans un exceptionnel foisonnement de créativité, neuf artistes originaires de sept pays d’Afrique et de France portent des regards croisés sur une histoire commune. La Collection Gervanne et Matthias Leridon est fière de prêter l’une des œuvres majeures de Jems Robert Koko Bi, Homeless, à l’occasion de l’exposition RETOUR qui se tient à l’Atelier de Nantes du 27 mai 2021 au 20 juin 2021.

Homeless, Jems Koko Bi, 2015
©Collection Gervanne et Matthias Leridon

Le sculpteur Jems Koko Bi mélange des influences avant-gardistes à son histoire africaine. Sculpteur, il interroge les notions d’espace et d’histoireen abordant la question des migrations, de la différence et des mécanismes de domination qui existent dans notre société. Ses sculptures sur bois amorcent un dialogue avec les forces de la nature. Dans son atelier au cœur de la forêt, l’artiste donne forme a d’immenses sculptures en bois qui interrogent des concepts immémoriaux tels que l’identité, l’héritage ancestral, la terre natale ou encore  l’exil. Les gestes subtils et assurés de l’artiste révèlent les contours de la matière, sculptant des formes  tantôt figuratives, tantôt abstraites. L’artiste donne vie à une surface, il réveille la matière.  

Homeless, Jems Koko Bi, 2015
©Collection Gervanne et Matthias Leridon

Les œuvres de l’exposition RETOUR abordent les principales questions qui émergent du débat sur l’avenir du patrimoine africain spolié. Les artistes s’interrogent sur le statut même des œuvres d’art anciennes dans les musées ou chez des collectionneurs en Occident, sur leur provenance, leurs modalités de conservation et de monstration. Leurs questionnements s’étendent aux mécanismes d’oppression et d’exploitation depuis la traite atlantique, aux processus d’acculturation porté par les colonisateurs, ainsi qu’au trafic illicite de biens culturels d’Afrique et leur marchandisation. Les artistes concourent par la mémoire à la réactivation du patrimoine matériel et immatériel, à sa transmission par la réappropriation afin de contribuer à l’acte de restitution. Ils éclairent ainsi les questions autour de la nécessité du RETOUR qui permettra aux jeunes générations d’accéder à leurs propres biens culturels.

Informations complémentaires :

Galerie l’Atelier
1, rue Châteaubriand
44000 Nantes